Aleurode - Choux

Choux

Aleurode

Aleyrodidae


En Bref

  • Taches jaunes sur les feuilles.
  • Développement de fumagine.
  • Déformation de la feuille qui s'enroule sur elle-même.
  • Retard de croissance.

Symptômes

Les aleurodes sont communs sur différentes cultures cultivées en plein champ et sous serre. Les adultes et les nymphes sucent la sève de la plante et excrètent du miellat sur les feuilles, les tiges et les fruits. Des taches chlorotiques et de la fumagine se développent sur les tissus affectés. Dans les infections sévères, les taches peuvent fusionner et se propager à la feuille entière. Les feuilles peuvent ensuite se déformer et se courber. Certains aleurodes transmettent des virus tels que le virus des feuilles jaunes en cuillère de la tomate ou le virus de la striure brune du manioc.

Déclencheur

Les aleurodes mesurent environ 0,8 à 1 mm et ont le corps et les deux paires d'ailes couvertes d'une sécrétion cireuse et poudreuse de couleur blanche à jaunâtre. On les trouve souvent sur le dessous des feuilles, et, si on les dérange, ils émergent en formant un nuage. Ils se développent dans des conditions chaudes et sèches, c'est pourquoi ils ne sont généralement pas un problème sur les plantes d'extérieur. Les œufs sont pondus sur le dessous des feuilles. Les nymphes sont de couleur jaune à blanc, plates, ovales et vert pâle. Les aleurodes adultes ne peuvent pas vivre sans se nourrir d'une plante hôte pendant plus de quelques jours. La lutte contre les mauvaises herbes est donc une mesure importante de contrôle de la population.

Contrôle Biologique

Les solutions biologiques varient en fonction de l'espèce d'aleurode concernée et de la culture. Les guêpes parasitoïdes Encarsia formosa, Eretmocerus eremicus, la chrysope verte Chrysoperla carnea, ou des coléoptères comme Delphastus spp. sont aussi couramment utilisés. D'autres antagonistes naturels sont les acariens prédateurs, les nématodes, les chrysopes vertes, les coccinelles, les minuscules punaises pirates, les geocoris et les punaises demoiselles. Les insecticides naturels à base d'huile de pomme-cannelle (Annona squamosa), de pyréthrines, de savons insecticides, d'extrait de graines de margousier (NSKE 5%), d'huile de margousier (5ml/L d'eau) sont recommandés. Les champignons pathogènes comprennent Beauveria bassiana, Isaria fumosorosorosea, Verticillium lecanii et Paecilomyces fumosoroseus.

Contrôle Chimique

Toujours envisager une approche intégrée avec des mesures préventives avec des traitements biologiques si disponibles. Les aleurodes développent rapidement une résistance à tous les pesticides. Une rotation de différents produits est donc recommandée. Si aucun autre traitement n'est disponible, appliquez des combinaisons de pesticides à base de bifenthrine, de buprofézine, de fénoxycarb, de deltaméthrine, d'azadirachtine, de lambda-cyhalothrin, de cypermethrin, de pyréthrinoïdes, de pymetrozine ou de spiromesifen pour contrôler l'insecte. Sachez que les mesures préventives sont souvent suffisantes pour réduire la population à un niveau inoffensif.

Mesures préventives

  • Plantez des cultures intercalaires non-hôtes.
  • Plantez des variétés qui attirent ou repoussent les aleurodes (capucines, zinnias, arbustes à colibris, sauge ananas, monarde).
  • Veillez à semer au bon moment, ni trop tôt ni trop tard.
  • Utiliser un espace végétal plus dense au moment de la plantation.
  • Surveillez les signes d'aleurodes sur les plantes que vous achetez ou sur les greffes.
  • Assurez une fertilisation équilibrée des plantes.
  • N'utilisez pas d'insecticides à large spectre.
  • Enlevez les feuilles avec des œufs ou des larves.
  • Aux premiers stades de l'infection, placez des pièges collants dans les champs pour capturer les aleurodes en masse.
  • Supprimez les mauvaises herbes et les hôtes alternatifs dans le champ et aux alentours.
  • Enlevez les résidus végétaux de la serre après la récolte.
  • Prévoyez une jachère courte à des températures chaudes.
  • L'utilisation de films plastique absorbant les rayons UV peut réduire les infestations.