Gale bactérienne de la tomate - Tomates

Tomates

Gale bactérienne de la tomate

Xanthomonas spp. & Pseudomonas syringae pv. tomato


En Bref

  • Petites lésions vert jaunâtre sur les jeunes feuilles.
  • Feuilles déformées et torsadées.
  • Lésions gorgées d'eau avec des halos jaunes sur les feuilles les plus âgées et les fruits.

Symptômes

Ces bactéries attaquent le feuillage, les tiges et les fruits des tomates. Les premiers symptômes prennent la forme de petites lésions vert jaunâtre sur les jeunes feuilles, qui semblent généralement déformées et tordues. Sur le feuillage plus âgé, les lésions sont limitées par des nervures, prenant un aspect angulaire avec le temps. Elles sont d'abord vert sombre, d'apparence graisseuse, souvent entourées d'un halo jaune. Elles sont souvent plus nombreuses sur les bords des feuilles ou au niveau des pointes. Si les conditions sont remplies, elles s'élargissent rapidement à une taille de 0,25 à 0,5 cm de large et deviennent rouge brunâtre. Pour finir, les taches ressemblent à des trous de tir car leur centre se dessèche et se désintègre. Les taches sur les fruits (mesurant jusqu'à 0,5 cm) apparaissent sous la forme de zones vert pâle gorgées d'eau avec un halo jaune et finissent par s'épaissir, devenant brunes et formant des croûtes.

Cultures

1 Cultures

Déclencheur

La gale bactérienne est causée par plusieurs espèces de bactéries du genre Xanthomonas. Elle se manifeste dans le monde entier et représente l'une des maladies les plus dévastatrices des tomates cultivées dans des environnements chauds et humides. Le pathogène peut survivre dans et sur les graines, sur des débris végétaux et des mauvaises herbes spécifiques. Il possède une période de survie très limitée, de quelques jours à semaines dans le sol. Il pénètre les tissus végétaux via leurs pores foliaires ou des blessures. Les températures optimales vont de 25 à 30ºC. Une fois le plant infecté, la maladie est très difficile à contrôler et peut conduire à des pertes totales des cultures.

Contrôle Biologique

La gale bactérienne est très difficile et chère à traiter. Si la maladie apparaît très tôt dans la saison, envisagez de détruire l'intégralité de la culture. Les bactéricides à base de cuivre fourniront une couverture protectrice au feuillage et aux fruits. Des virus bactériens (bactériophages) qui tuent spécifiquement ces bactéries sont disponibles. Submergez les graines pendant une minute dans une solution d'hypochlorure de sodium à 1,3% ou dans de l'eau chaude (50ºC) pendant 25 minutes pour réduire l'incidence de la maladie.

Contrôle Chimique

Envisagez toujours une approche intégrée associant des mesures préventives à des traitements biologiques, s'il en existe. Des bactéricides contenant du cuivre peuvent être utilisés sous la forme de protectant, qui apporteront un contrôle partiel de la maladie. L'application doit avoir lieu dès les premiers signes de la maladie, puis à 10 et 14 jours d'intervalle par temps chaud et humide. Le développement de résistance au cuivre étant fréquent, une combinaison de bactéricide à base de cuivre avec du mancozèbe est également recommandée.

Mesures préventives

  • Plantez des graines saines, provenant si possible d'une source certifiée.
  • Utilisez des variétés résistantes s'il en existe où vous habitez.
  • Inspectez le champ régulièrement, particulièrement par temps couvert.
  • Retirez et brûlez toute partie végétale ou graine présentant des taches foliaires.
  • Retirez les mauvaises herbes dans et autour du champ.
  • Mettez du paillis pour éviter la contamination du sol vers les plants.
  • Nettoyez les outils et équipements.
  • Évitez l'irrigation par aspersion et ne travaillez pas dans les champs lorsque le feuillage est humide.
  • Après la récolte, labourez profondément les débris végétaux.
  • Sinon, retirez les débris végétaux et laissez le sol au repos pendant plusieurs semaines, voire mois (solarisation).
  • Planifiez une rotation de cultures sur 2 à 3 ans avec des plantes non vulnérables.